samedi 23 juillet 2016

J'ai vidé mon pochon de larmes

Je suis tellement déçue qu'on n'ait pas été appelé à l'été! L'espoir nous avait été impulsé il y a plus d'un an pour se figurer que nous pourrions être parents au premier trimestre de 2016 et il se trouve déçu.

Nous avons réalisé la chambre bébé depuis 9 mois et pour la première fois, j'ai ressenti le manque en y entrant alors que dans notre parcours d'adoption, elle a toujours symbolisé l'avenir. Cette pièce a longtemps était celle en attente, en bazar, puis elle a été investie en chambre d'amis une fois le deuil de l'enfant biologique passé. Quelques années après, elle est devenue celle pour le futur bébé mais comme nous allons déménager, son sens vient de s'estomper. Je ne sais même pas si notre enfant la connaîtra (la remplira). Émotionnellement sensible, suite à ma journée de travail de jeudi, l'idée a contribué a y vider mon pochon de larmes (c'est quand même moins lourd qu'un sac).

Je crois que le trop plein s'est manifesté car même dans mes estimations les plus longues, l'attente de l'Appel n'allait pas aussi loin. J'ai maintenant complété mon calendrier professionnel jusqu'à fin octobre. J'avais déposé des petits chaussons en laine au bureau, je vais les ramener à la maison. J'avais plaqué une affiche de bébé à côté de mon poste de travail, je l'ai arrachée.



Au travail, je temporisais la prise des dossiers à traiter à moyen terme, maintenant, je ne dis plus grand chose car je suis moi-même dans le doute. Une collègue m'a blessée avec une phrase que j'ai trouvé injuste et déplacée : "Écoutes on ne va pas faire en fonction de ton adoption. Ça fait deux ans que tu nous dis que tu vas bientôt être maman maintenant et c'est pas le cas !" (vive la réunion de service!) Ses mots, je les ai trouvés profondément piquants. Assez sidérée, j'ai osé une petite montée sur mes ergots du style: "Écoutes ce que tu dis est inexact mais en effet, ça fait 6 mois que je pense devenir maman". Je ne lui ai pas dit combien elle m'avait fait mal ce jour là. Elle n'a pas idée de ce qu'est attendre un enfant aussi longtemps et sur une durée indéterminée. J'ai en effet réalisé qu'on a comptabilisé presque autant de temps en PMA qu'en démarche d'adoption. 

Malgré le ton de l'article de ce jour, l'adoption faite de rencontres avec d'autres couples, une solidarité, ponctuée par des rendez-vous à l'ASE permettant de se projeter, a été une fois l'agrément passé, une route agréable. Il n'y aura quasiment rien à en évacuer en terme de tristesse. 

Hier, mon pochon de larmes est d'ailleurs redevenu sec avec les paroles apaisantes d'autres collègues. Je me suis ré ancrée dans le présent et tournée (un peu) vers l'avenir. J'ai fait les soldes enfants en achetant trois habits mixtes et mi saison, en taille 12 mois. Ils pourront servir en tout temps sauf en hiver comme cela, je prévois large pour une arrivée en 2016 (si je pouvais je croiserais les doigts en l'écrivant).

lundi 27 juin 2016

La face 1 de notre Bai Jia Bei

Mon amie Marie a cousu la première face de la Bai Jia Bei. Elle y a passé 3 heures. De mon côté j'ai pris 14 heures je crois pour réfléchir aux emplacements des coupons.
Trouver des similitudes ou au contraire opposer, moduler les couleurs et matières des deux côtés, cela a été un sacré casse tête.

Chaque face a un morceau de bavoir, de pyjama, de drap ou couverture bébé, de tissus d'un bout du monde.

Voici un aperçu de notre face 1 (la première ligne n'apparaît pas sur la photo) . Certain(e)s vont s'y retrouver. 


jeudi 2 juin 2016

La météo des "Attrapes Chouettes"

J'ai trouvé (au mois de juin ! ) des chauffes mains en laine très sympas pour faire ma première photo où la grosse chouette veille sur la plus petite.


Le temps est froid, pluvieux, mais comme vous les "Attrapes Chouettes" attendent le printemps, l'envol des grues (et nous celui des cigognes).


Les mois d'été vont-il amener le Soleil tant espéré?

mardi 24 mai 2016

Parure de mariée "Fleur de feuilles"

Mon amie Caroline a ouvert la saison des mariages en ce mois de mai. S'étant blessée suite à une chute, elle a dû changer d'accessoires, passant de chaussures à talon rose bonbon à des ballerines couleur "nude" et un bouquet plus orienté vers du corail. Avec un temps de réaction, les perles du collier se sont donc ajustées aux nouveaux coloris.

Mariée champêtre avec ses œillets d'inde, ses pivoines et ses petites roses dans les cheveux, Caroline a trouvé dans ses bijoux, des feuilles et des dahlias montés sur une chaîne en argent. Le nom "Fleur de feuilles" est lié à la création en collage de la fleur à trois pétales. Pas de strass brillant, elle a opté pour du mat. 
La photo du bas est avant montage.



mardi 8 mars 2016

Mars, mois de mobilisation pour la lutte contre l'endométriose

Le petit lien éphémère (car c'est du replay), c'est le reportage de 50 minutes 'Endométriose, une maladie qui sort de l'ombre". Vous le trouvez sur le site de France 5. Mon mur Facebook d'hier et d'aujourd'hui sursaute à force de partager cette information. Si vous êtes passés à côté, c'est ici : 

Pour apporter mon "petit" témoignage en cette année 2016, voici quelques lignes : 
Nous avons toutes eu un retard de diagnostic et de grosses douleurs qualifiées de "normales". Je crois que ma première crise a eu lieu à 21 ans soit 7 ans avant le diagnostic. C'était un matin, à crier de douleur dans notre petit appartement, accroupie, épuisée, sur le carrelage en tomette. Je me rappelle des vagues de chaleur et des sensations froides, signes d'un proche évanouissement. Alors étudiante, je n'avais pas pu me rendre sur mon lieu de stage. Longtemps, j'ai pensé à une fausse couche mais aujourd'hui, je suis persuadée qu'il s'agissait de mes premiers symptômes.

Cette maladie ne m'a pas permis de porter dans mon corps, l'enfant de notre couple. C'est ma fertilité et mon moral que l'endométriose a attaqués. La fertilité ne reviendra pas, le moral lui est là et s'exprime à travers ma vie de famille et de femme, tournée vers l'avenir. 

Je sous sous pilule en continu pour bloquer tout cycle (en fait ce n'est pas très original vu le reportage) mais ses effets secondaires interfèrent dans mon quotidien. Je les accepte car ce traitement m'évite de souffrir, et avec un stade 3, c'est déjà un grand pas. Cependant, j'aimerais retrouver un peu plus de confort.

En ce moment (j'ai une atteinte pelvienne et gynécologique), mon bas ventre me brûle. Je me renseigne donc sur les médecines possibles pour me soulager sur les prochaines années.
En première intention et je vais l'organiser pour 2017, j'ai envisagé sur la fin de mon congé parental (oui pour rappel j'espère devenir maman par adoption en 2016), une cure dans un centre spécialisé. Il en existe 5 en France, http://www.endofrance.org/les-cures-thermales-gynecologiques/ . La demande se fait via le médecin traitant (ou peut être la gynécologue) avec une demande d'entente préalable auprès de la sécurité sociale. 
En deuxième intention, je viens de découvrir à travers ce documentaire, que le CHU de Rouen n'enlève plus les ovaires en même temps que les kystes mais utilise une technologie conservatrice, "l'énergie plasma". Cela disent t-ils "éviterait de mutiler les organes, limiter les séquelles et les récidives". Avec mon utérus tapissé d'endométriose, je me suis donc rajoutée un contact avec eux pour ma check list de 2017. 

Alors qu'on m'avait expliqué que l'endométriose était une maladie "incurable et imprévisible", j'aperçois des rayons de soleil à travers l'avancée des recherches, que ce soit pour comprendre, prévenir et peut être ralentir la maladie. C'est plutôt inattendu ... l'endométriose pourrait peut être se guérir un jour! Je n'y avais jamais songé et c'est de l'espoir pour les générations futures.

Les associations Endofrance et BAMP dont je suis adhérente  tout comme Endomind que je ne connaissais pas, font sortir ma maladie de l'ombre. Le grand rassemblement du mois, c'est l'Endomarch (marche pour la lutte contre l'endométriose) qui a lieu cette année, le 19 mars à Paris. Faute de pouvoir m'y rendre, une de mes amies va fouler la rue pour me représenter. J'en suis très touchée et émue. De mon côté, je vais tenter de finir ma semaine avec une veste jaune (couleur symbolique de la lutte contre l'endométriose ) où sera épinglé un ruban rose à destination de l''une de mes jeunes collègues qui a engagé un tout autre combat.

jeudi 25 février 2016

Délais

Il y a quelques semaines, nous étions sur les startings blocks, pensant que l'arrivée de notre bébé était vraiment proche, mais comme souvent dans l'adoption, il y a de l'inattendu. Là, c'est le peu de naissances sous x dans le département. Après un petit coup de cafard, on a largement relativisé et on espère que notre bébé arrivera avant les vacances d'été.

Soyons clairs, j'avais mes petits bonnets tricotés en laine, ma seule combinaison pilote était en 3-6 mois. Nous, la pluie et le froid, on avait prévu de les défier. L'hiver et le printemps c'étaient nos saisons pour accueillir notre enfant. On oscillait entre impatience et excitation surtout quand le Man' a dit "Et s'il arrive dans 10 jours, il faut finir le lit". Gros coup de pression contagieux, tous les soirs, en rentrant du travail, c'était atelier bricolage dans la chambre bébé.

En apprenant les "délais" qu'on ne voulait pas s'imaginer, on a retrouvé notre rythme de vie habituel. C'est une drôle de sensation de se sentir si prêt/ près et finalement être encore loin. Finalement la vie n'a pas encore changé. On va donc se laisser surprendre quand l'Appel arrivera. L'été serait aussi une belle saison pour l'arrivée de notre enfant. A nous de profiter des balades en porte bébé, le visage réchauffé par le soleil.


Au travail depuis que nous avions annoncé notre démarche d'adoption, je répondais régulièrement à la phrase "Alors, tu as eu des nouvelles ?". J'avais beau expliquer à une collègue très attentionnée, qu'on ne saurait que 10 jours avant que nous étions choisis comme parents d'un enfant, rien n'y faisait, la semaine suivante la question ré apparaissait. Là j'ai pu dire "C'est décalé de plusieurs mois" et en entendant "Bon alors je ne t'embête plus à te poser la question", j'ai eu un geste de satisfaction (un petit "yes" avec un geste du bras, style conquérante). Cette redondance devenait pesante pour moi, moralement dans une attente que je trouvais interminable. Vraiment, quant on sent que c'est bientôt, qu'on attend l'Appel, qu'on sait qu'il est possible, les journées sont longues. Là, paradoxalement elles sont revenues normales car perçoit que plusieurs mois vont s'écouler.

Symboliquement, mon agenda professionnel rempli jusqu'à fin mars s'est vu prolongé jusqu'à fin juin. Je ne dis plus trop aux partenaires extérieurs qu'il est possible que je sois absente dans les mois à venir, puisque rien n'est tangible. Bon, il faudrait quand même que l'on soit maudit pour qu'il y ait très peu de naissances sous x cette année. J'ai regardé les derniers chiffres de l'ONED (l'observatoire nationale sur l'enfance en danger - oui à la base quand même l'adoption est une mesure de protection de l'enfance) sur "La situation des pupilles de l'Etat"et le nombre d'adoptions est assez stable. 

Pour les vacances de cet été, prévoir quelque chose est compliqué. On sera combien, 2 ou 3 ? Si on était sûr d'être 2, nous aurions visité une ville européenne. Avec un bébé pupille qui officiellement est confié en vue d'adoption et n'a pas de papier d'état civil avec notre nom de famille, la sortie du territoire est prohibée alors ce sera la France avec l'option "assurance annulation".

dimanche 10 janvier 2016

2016, année espérée de notre parentalité

C'est les yeux mouillés dans ceux de mon Man' et de mes ami(e)s qui me comprenaient, que j'ai débuté l'année 2016. 
L'année 2016 c'est celle tant attendue de ma maternité, de notre parentalité. A minuit, j'étais émue de cette promesse.
L'année 2016 ne nous réserve pas que du bonheur mais c'est à ce bébé tout proche que j'ai pensé si fort.
Bonne année 2016 à tous et que certains de vos rêves se réalisent.

dimanche 27 décembre 2015

Bai Jia Bei ... et 100

Et voici les derniers coupons!

L'aventure bai jia bei a quasi duré 3 ans à recevoir vos petits mots de réconfort , de projection sur l'avenir avec notre enfant . Nous avons réceptionné le 100 ième coupon hier et depuis ce matin je les redimensionne. Merci pour votre participation a cette création symbolique qui a égrainé l'attente .



Pour certains qui n'ont pas eu le temps ou qui n'ont pas réussi a se projeter vers ce bébé encore inconnu pour tous , on espère vous annoncer au premier trimestre 2016 son arrivée.


Edit de 19h : Apparemment nous avons des coupons retardataires après clôture, donc on est sur 103 coupons.

La rétro et l'actu de l'aventure Bai Jia Bei, c'est ici.

lundi 30 novembre 2015

Entre couvade et courbatures

Petites anecdotes d'un couple en attente de leur bébé par adoption : 

Le Man' a pris un peu de ventre alors que la balance ne montre pas de kilos supplémentaires et voilà l'explication donnée : "Tu vois, je crois que je fais une couvade, il n'y a que mon ventre qui grossit. Je suis assez fin du reste". 

Quant à moi je me suis attelée à la peinture de notre table à langer achetée sur un site d'occasion. A force de m'accroupir et de me lever pour vérifier les marques et coulures d'acrylique, j'ai de grosses courbatures au niveau des cuisses et du fessier. Aujourd'hui, la descente d'escalier a été douloureuse ! Je ne pensais pas que c'était aussi physique la préparation de l'arrivée d'un bébé sans passer par la case accouchement!

Nous transformons un peu plus notre environnement quotidien. La maison a pris des airs de base arrière de magasin de puériculture. La poussette a été longuement réfléchie, achetée et testée en mode pliage et dépliage intensifs (et en plus ça fait les abdominaux quand on s'exerce avec une main). Le placard de la "troisième chambre "se remplit de petits habits taille 3 mois, de bavoirs, de capes de bain. Pour le moment on est dans le mixte orienté garçon, avec une palette de gris et bleus. Les copines avec leurs cartons d'habits fille entreront dans la danse si besoin.

Le doudou a été choisi et attend dans sa boîte son/sa  futur(e) propriétaire, tout comme le hochet.


mardi 27 octobre 2015

FIV DO en France avec protocole matricelab, rétrospective de la tentative ...

Je ne vais pas vous faire une ellipse de ce moment. Cette tentative a été très différente des autres, assez zen, car il n'y avait plus en moi cette nécessité d'être enceinte, de vivre une grossesse pour devenir maman. 

Le début n'a pas été sous les meilleurs auspices. Psychologiquement nous faisions face à une annonce très dure pour l'une de nos plus proches. Physiquement le Man est arrivé à son jour "J", malade et fiévreux. Nous faisions "drap à part" depuis quelques jours pour éviter la contagion et mettre toutes les chances de notre côté.
Face aux circonstances, j'ai utilisé mes bases de yoga pour me détendre, me recentrer, et soulager la douleur des piqûres d'anticoagulant. Pour le petit clin d'œil, j'ai participé à des cours de yoga prénatal C'est instinctivement que j'ai eu envie dès mon réveil, le jour supposé du transfert d'embryon, de faire quelques postures pour préparer mon corps.

Nous avons stressés 5 minutes avant de savoir si nous avions des embryons, au lieu des 48 heures habituelles de cogitage intensif post ponction. Je crois que l'investissement psychique d'une tentative est pour moi corrélé aux douleurs des traitements. Nous savions que 6 ovocytes vitrifiés nous étaient destinés.
La biologiste a été émouvante quand elle nous a dit : "On est très content, on a obtenu 5 embryons qui ont deux jours. On les a filmés toute la nuit, on les a regardés et on ne leur a trouvé aucun défaut, . Ils sont parfaits. Vous avez toutes les chances de votre côté". 
Deux embryons ont donc pris place, dans une salle emplie de musique relaxante agrémentée de chants d'oiseaux. On se serait cru chez "Nature et Découverte".  On a été bluffé de toute cette douceur apportée dans un CHU. Durant quelques minutes je me suis laissée aller à mon imagination, me demandant ce qu'ils mettaient en place lors des accouchements. C'était mignon. 

Durant la période post transfert, j'ai couvé au mieux ces débuts de vie. C'est sûr qu'une fois qu'ils sont installés, on a envie de les garder et d'en prendre soin. Je me suis appliquée à respecter les conseils d'hygiène et de vie pour les femmes enceintes limitant les arachides pour le risque d'allergie, troquant l'alcool par un sirop de grenadine (là c'était quand même le minimum). 
J'ai voulu gérer moi-même les soins mais très rapidement je me suis mal piquée avec l'anticoagulant, créant un hématome important. Laissant à chacun son métier, j'ai trouvé réconfort et expérience auprès d'un infirmier qui chaque soir a pris le relais. Au bout de 15 jours, en le disant poétiquement, mon ventre créait des océans (il était douloureux, avec une dizaine de bleus de différentes tailles).

Le test de grossesse s'est révélé négatif. Bon, c'est bien parce que le supermarché à coté de chez moi vendait des test à 0,89 cents, que j'en ai fait deux, J'avais étudié le dosage des ui à J13 post transfert et j'avais vite compris que le ventre rond n'était pas pour cette fois. Il y a juste eu de la déception durant un jour. Du côté du physique par contre, j'ai été remuée. Mon corps a été soumis à rude épreuve.

Le résultat négatif a signé l'arrêt de tout mon protocole médicamenteux qui devait durer encore deux mois en cas de grossesse! J'ai enchaîné rapidement malaises, vertiges, jambes en coton et un peu d'hypertension. C'était un effet de sevrage auquel je n'avais pas été sensibilisée. En comptabilisant, avec 10 médicaments par jour pour préparer l'endomètre et 16 médicaments ensuite pour favoriser la nidation, j'ai réalisé que j'avais absorbé 390 médicaments en un mois et tout arrêté brutalement .
Le deuxième effet "indésirable" a été un système immunitaire perturbé, boosté un dans un premier temps avec de la cortisone, des vitamines, puis sujet dès leur arrêt au premier virus. Là, c'était une bonne angine.
Le troisième effet "plus qu'indésirable" a été l'une des pires crises d'endométriose au retour de mon cycle. Mes antalgiques si efficaces depuis toujours, n'ont pas réussi à agir. A bout de force, j'ai appelé le médecin de garde en pleine nuit. Je m'en rappellerais de cette piqûre en intramusculaire à 5 heures du matin et du soulagement progressif de la douleur au bout de trois jours.

Peu de temps après ma reprise du travail, nous avons reçu une lettre personnalisée de la part du mèdecin référent de notre FIV DO nous précisant que le CHU était à notre écoute si nous en éprouvions le besoin. Nous étions invités à penser dans les mois à venir au transfert de nos embryons restants.
A la lecture de ces lignes attentionnées, le cri du cœur est sorti : " J'ai été sur les rotules ces derniers jours, je me remets juste, c'est hors de question de recommencer tout ça.  Sans moi". Le soir même de la crise mémorable d'endométriose, j'avais repris illico presto la pilule pour ne pas connaître un nouvel épisode de la maladie.

La porte de la FIV avec don d'ovocyte est toujours entrouverte. Nous allons nous consacrer à notre bébé par adoption mais pourrions retenter un transfert d'embryon congelé en 2017 ou 2018 après nous être découverts et liés d'attachement déjà à 3. Je n'oublie pas le geste qu'une femme a fait pour nous. Par contre, le traitement sera allégé. Il est hors de question que je suive le protocole matricelab, même s'il a pour objet de corriger l'immunité de mon utérus. Cette tentative infructueuse a été trop éreintante.

mercredi 14 octobre 2015

"Des racines et des ailes qu'elle donnera à son enfant qu'elle attend dans son coeur"

Je vis des choses éprouvantes en ce moment. Je reviendrais sur cette FIV avec don qui a apporté de la vie , de l'espoir à un moment douloureux de notre vie mais qui ne s'est pas concrétisée par un test de grossesse positif.

Pour faire vite, le jour après la déception est venue cette évidence : "Çà y est, c'est sûr, ce bébé il va arriver par l'adoption" et cela nous réjouit. Cette tentative de FIV avec don pouvait tenter de nous réconcilier avec la création de la vie mais l'arrivée de notre petit dans les mois à venir est un moment magique que nous allons vivre.

J'ai repiqué (pas bien), un article écrit par mon amie de "Au Bonheur des Cakes", qui décrivait cette maternité adoptive qui est mienne depuis quelques années. Le voici, , elle l'avait intitulé : "Des racines et des ailes". J'aime le ton doux avec lequel elle a posé ses mots et son regard de maman.


dimanche 13 septembre 2015

La vitrification des ovocytes pour ne pas craindre l'horloge biologique

Une chance nous a été offerte, celle d'accomplir une dernière tentative de FIV par don d'ovocytes en France. Je couve actuellement deux embryons J2 obtenus par FIV avec don d'ovocytes préalablement vitrifiés (congelés dans l'azote). 

J'ai un peu parcouru Internet pour en savoir plus et je réalise que la congélation des ovocytes est possible dans un cadre très restreint . Les femmes françaises qui ne sont pas encore en couple ou dont le compagnon n'est pas encore prêt vont donc en Belgique ou en Espagne pour faire vitrifier leurs ovocytes.

Je trouve pourtant que c'est une démarche naturelle de souhaiter un enfant au moment où le couple est en mesure de se projeter dans la parentalité. J'ai des ami(e)s, la trentaine passée, qui en raison de leur âge se demandent si un jour ils/elles seront parents. La fertilité des femmes baissent drastiquement à partir de 35 ans et parfois c'est même beaucoup plus tôt. Congeler (vitrifier) ses ovocytes pour espérer un bébé, quelques années après, je trouve cela humain. 

Le grand questionnement est ensuite l'âge jusqu'au quel on pourrait faire usage de ses ovocytes vitrifiés. J'avoue ne pas trop savoir donner une réponse. L'actualité "choc" avec des femmes, mères à 60 ans, cela me déboussole complètement. Il faut trouver un juste milieu. 

Une chance nous a été offerte grâce aux progrès de la science. Les premiers enfants issus de FIV avec don d'ovocytes vitrifiés, sont nés en France en 2012 suite aux changements des lois de bioéthiques de 2011. C'est donc dans l'histoire de la PMA et du fait de l'évolution de la société, que je souhaite que la congélation des ovocytes puisse faire l'objet d'un débat éthique pour ne plus craindre l'avancée de notre horloge biologique.

On me permet de bénéficier des ovocytes congelés donnés par une femme mais cette personne dans une autre démarche n'aurait pas pu les congeler pour elle-même. On se retrouve peut être devant deux poids deux mesures non ? Vous en pensez quoi ?

dimanche 6 septembre 2015

Romantique Murano

Mon amie Caroline m'a fait le plaisir d'un troc : bonnet et snood en tricot contre des créations à ma guise à partir de ses perles de Murano. J'ai reçu une grosse enveloppe et l'inspiration est venue au fur et à mesure. J'ai porté cet hiver ses créations de laine, elle attend encore le dernier envoi d'un collier et bracelet. 

J'ai utilisé pour cette parure "Romantique Murano" , ses 4 grosses perles grises de Murano que j'ai eu envie d'associer à des perles roses en feuilles d'argent, un peu de couleur avec des rondes polymères corail et du romantisme à partir de pièces de métal, arabesques et ovales que l'on retrouvent dans les maillons de la chaîne.


Pour le bracelet, là j'ai utilisé une vingtaine de ses perles en les montant au crochet (un peu une rencontre de notre troc) et en deuxième rang, c'est une tresse de cordons en suédine et chaîne bille.

Les photos donnent un effet chic mais collier et bracelet se portent très bien avec du jean, des hauts moulants ...

samedi 8 août 2015

FIV avec Don D'ovocytes en France : le jour de l'Appel

Il y a quelques semaines ....
Le financement de ma demande de formation universitaire a été acceptée. Au regard du délai d'attente qui s'est raccourci, pour l'arrivée de notre bébé pupille, j'informe ma DRH d'une demande de report expliquant que 2016 semble l'année possible de ma maternité adoptive. Je reçois un mail plein d'enthousiasme et de joie à notre égard. La référente RH me dit quelle est "heureuse pour nous après tant d'années et m'envoie ses félicitations". Je suis très émue, "félicitations" est un mot si fort pour moi! Ce message me fait sentir que mon bébé adopté arrive. J''en ai les larmes aux yeux.
Je suis en salle d'entretien, avec des murs épais comme des feuilles de papier à cigarettes. Mes collègues sont à côté. Mon rendez-vous est annulé et mon téléphone portable sonne avec affichage d'un appel entrant du CHU.

"Bonjour c'est le docteur du CHU, je vous appelle car nous avons une donneuse pour vous". 
J'ai du répondre "Ha oui" , façon très sobre.
C'est si soudain quand ça arrive! C'est un appel auquel on ne s'attend pas forcément et autant dire que je n'étais pas dans les conditions de concentration optimales.  Je m'étais imaginée que si en septembre on n'avait pas de nouvelle du CHU, on leur dirait qu'on mettait la FIV avec Don en stand bye, puisque l'adoption allait se concrétiser....
Le Man', la FIV avec don, c'est le projet de parentalité qui lui donne des étoiles dans les yeux. Moi, je suis plus ambivalente car ce deuil de l'enfant porté, je l'ai fait, je dirais dans ma chair...

La Doc du CHU a du sentir que je n'étais pas en état d'euphorie,(j'étais vraiment dans l'émotion du mail juste reçu) car elle a précisé :"Vous êtes toujours partante pour un don d'ovocyte"? J'ai dit " Bien sûr". Peut être que d'autres couples crient , remercient, manifestent autre chose!
Elle fait des calculs : "Alors vous commencez à telle date pour une FIV avec Don en juillet." 

A l'époque des "FIV normales", j'avais pu penser décaler des vacances pour permettre des tentatives. Là, ça a été le contraire. Je lui ai dit que nous partions en voyage à l'étranger. J'étais un peu embêtée, mais je trouve que c'est important de se ressourcer en dehors du travail surtout avec des frais de location engagés. Quand on compte le désir de parentalité en années, on n'est plus à 3 mois près.

Suite de la conversation : " Mince alors, attendez, on va voir comment on peut faire". 
Je me dis qu'on va passer notre tour et je suis honteusement, un peu soulagée. Actuellement, suite à la réunion avec le service adoption, je me suis énormément projetée sur l'arrivée d'un bébé pupille. Je compare les types de poussettes sans nécessité de nacelle, j'ai mis de côté les habits de moins de 3 mois que l'on m'a donnés. Ce bébé dans mon ventre, il est hypothétique et pour le moment, je crois que je ne peux l’imaginer. Je sais que plein de couples feraient une danse de la joie s'ils vivaient cet instant de l'Appel. Pour moi, le temps parfois ne paraît plus aussi long quand l'arrivée d'un enfant approche

Nous calons les dates pour le protocole médicamenteux qui inclut les recommandations du Laboratoire Matricelab suite aux résultats de ma biopsie de l'endomètre. J'ai réussi à ne pas dire ou répéter le mot "règles" dans mon bureau de travail avec les collègues à côté ce qui a été un exercice de jonglage verbal ! 

J'appelle le Man' après avoir raccroché avec le CHU. Je suis toute retournée, un peu perdue. J'ai besoin de l'entendre. . Il était super content. A sa voix, c'était une évidence . Je crois qu'il ne croyait pas que cette FIV avec Don serait possible. C'est vrai, on est toujours dans l'expectative dans ces parcours si longs pour devenir parents et d'un coup, un appel change tout ce qu'on avait pu imaginer.

Le Man' sait trouver les mots : "Ce que nous allons vivre ne sera que du bonheur après les souffrances que nous avons endurées à travers nos 6 échecs de FIV" .
Deux possibilités s'offrent à nous pour devenir parents, c'est vrai, c'est quand même génial, mais il me faut quelques heures pour l'entendre. Dans les jours suivants, je le réalise. Oui, nous sommes chanceux de voir se réaliser cette FIV avec Don D'ovocyte. Trois ans et demie après un article que j'avais intitulé "Un demie coup de massue", le don d'ovocyte devient réel grâce à la solidarité d'autres couples. 

Je devrais passer une fin d'été en mode "pile électrique" vu ce que je vais ingurgiter pour réguler les problèmes immunitaires de mon utérus. Avec le protocole matricelab et notamment la prise de cortisone, les mots "sommeil", "sel" et "sucre" ne vont plus faire partie de mon quotidien. 

Si je suis enceinte et donne naissance à ce bébé, la roue tournera, le Man' sera surement donneur à son tour (à moins que l'on change d'idées mais ça m'étonnerait). Les hommes peuvent être donneurs jusqu'à 45 ans.

Nous nous préparons à l'arrivée d'un bébé, d'un enfant, finalement peu importe la façon. Nous sommes ouverts à la vie, en route vers le Bonheur en 2016. On aura attendu mais alors concrétisation de l'adoption ou de la FIV avec Don d'ovocyte et maison, tout cela va arriver quasiment simultanément.

dimanche 2 août 2015

Collier "Nuage" pour toutes les saisons

C'est en regardant (durant 2 jours) un site de perles en ligne que j'ai aperçu des breloques émaillées en forme de nuage. J'avais envie de les utiliser pour un collier court avec des perles suspendues. 
Après un montage à l'arrière à base de plaques, voici mon Collier Nuage, adapté à toutes les saisons.

Pour ce modèle, j'ai utilisé un camaïeu de perles de Murano s'étirant du blanc au gris clair et une fine chaîne gourmette pour le tour du cou.