lundi 5 juin 2017

Parler de l'adoption de notre chaton en dehors du cercle familial et des amis ... recueil de petites perles et de moments de flottement

Nous n'avons pas encore trouvé de consensus avec le Man pour savoir si on parlait ou pas de l'adoption en dehors de notre cercle familial ou d'amis. 
Je l'évoquais naturellement pour ne pas en faire un tabou puis je me suis un peu rétractée. En me projetant sur les années à venir, je me suis demandée si plus tard notre petit chaton voudrait que son histoire soit connue "de tous", s'il n'allait pas nous reprocher qu'il s'agissait de son intimité. Du côté du Man, la rencontre de notre bébé et la suite est tellement belle (ce que je confirme) que nier cela est pour lui contre nature.

Alors voilà les situations un peu déroutantes ou rigolotes que nous avons connues. Je n'ai pas toujours su contourner, omettre ou ne pas réagir face aux question simples de gens. 

Sur les généralités de l'adoption : 
Nos voisins ont été surpris de voir un bébé chez nous. Sur le coup, la voisine a culpabilisé de ne pas avoir remarqué que j'étais enceinte. Parler de l'adoption a permis de la rassurer sur sa vision mais ses enfants qui n'étaient pas là (8 et 6 ans) lui ont posé ensuite des questions. Elle m'a dit "face à leur spontanéité, je n'ai sûrement pas trouvé les bons mots". Quelques semaines plus tard, je présente notre bébé aux enfants : 
"Ha oui, papa et maman ils nous ont expliqué. C'était un petit bébé, il était malheureux, sa maman elle l'a laissé. Il était tout seul, il était dans la rue. Sa maman mais pourquoi elle l'a laissé? C''est qu'elle avait pas d'argent? C'est qu'il n'était pas gentil?" 
Autant l'adoption de notre côté est facile à aborder , autant l'abandon c'est plus compliqué avec des petits . J'ai donc dit que parfois les dames faisaient naître des bébés et pour plusieurs raisons elles ne pouvaient pas s'en occuper. J'ai ajouté qu'à le voir aujourd'hui, le petit chaton, il n'était pas malheureux, que nous étions son papa et sa maman pour toute sa vie, que c'était bien pour lui et pour nous. J'ai enchaîné sur le fait que certains enfants n'avaient pas de contact parfois avec leurs parents puis je me suis dit : Attention, terrain compliqué. Je ne connaissais pas leur sensibilité, je n'allais pas leur parler du dessin animé "Ma vie de courgette" non plus donc je me suis arrêtée. 
Un autre petit voisin de 12 ans, présent, a répliqué : "Alors, vous l'avez adopté". Il venait de me faciliter les choses car je commençais à m'embourber face à la multitude de questions . Puis celui de 8 ans ,toujours sans filtre, m'a demandé "Et vous l'avez acheté? Et vous l'avez choisi?". J'ai expliqué les modalités de notre rencontre  commune. En le questionnant un peu il m'a parlé d'une camarade de classe qui avait vécu au Maroc et lui avait parlé d'enfants mendiants dans la rue. Voilà d'où venaient ses représentations enfantines. 

Sur les différences physiques, au bout d'un moment, les lois de la génétiques ne sont pas évidentes à soutenir... Bébé a les yeux ardoise, un teint caramel et mon mari a plutôt un physique de suédois. Je pourrais inventer des grands parents latins mais conter cette histoire ne me convient pas. Je trouve la vérité bien plus simple surtout quand les gens sont de "passage".
- Une connaissance me voyant avec le petit chaton : "Ha bé je suppose que le papa n'est pas blond aux yeux bleus" Après quelques secondes de réflexion de mon côté "Hé bien si". "Ha bon?" et puis là je lui ai parlé de la chance de l'adoption.
- Une serveuse que connait mon mari : "Oh bé dis, il n'a pas pris tes yeux!". Lui : " C'est logique ce bébé nous l'avons adopté ". Elle : "C'est pas vrai ! " . Nous : "Si, on est devenu parents en 2016 .... "
- A un mariage :  "Oh il a des grands pieds, il a quel âge ? [...] Son papa doit avoir de grands pieds ". Moment de flottement pour moi ne sachant pas quoi dire à part "Je ne sais pas trop en fait" . Face aux regards étonnés de mes interlocuteurs qui ont dû se dire que j'avais fricoté avec un inconnu ... j'ai précisé que nous étions devenus parents par adoption. J'ai eu l'impression qu'ils étaient soulagés que leur question anodine à la base n'ait pas soulevé un problème intime (en relisant cette phrase, je que réalise encore une fois que l'infertilité n'est plus un problème pour moi).

Sur le plan médical, la grossesse est un sacré chamboulement hormonal et physique du coup elle devient une explication logique à différents maux quand on me voit avec mon petit garçon : 
 - Chez une esthéticienne sur mon lieu de vacances : " Je vois que vous avez quelques imperfections sur la peau , c'est normal après une grossesse " . Pour ne pas avoir droit à des soins inappropriés style "jeune maman" (même si je le suis ) j'ai précisé : "Je n'ai pas accouché" et vite elle a dit "Ha je pensais que c'était votre enfant". "Oui mais il est arrivé par adoption" .
- Chez un nouveau médecin généraliste : "Des douleurs de dos après une grossesse ça s'explique, les organes ont été déplacés, les muscles se dont distendus. Il faut faire du gainage".

Alors le dire ou ne pas le dire , dans le quotidien, c'est une question qui finalement se pose tout le temps. Les retours même de parfaits inconnus sont très souvent positifs. Après avoir demandé "Il vient de quel pays?" (dans 80 pourcents de cas c'est la question qui suit ), nous cassons la représentation sur la facilité de l'adoption internationale puis nous parlons du parcours de notre bébé de la pouponnière jusqu'à nous. Les gens sont très étonnés de la possibilité qui existe dans certains départements d'adopter un bébé pupille de l'état. Viennent alors les question sur l'accouchement sous le secret dont certains découvrent la réalité et celles ensuite sur l'accès à ses origines. Nous diffusons des généralités sur l'adoption sans parler bien sûr des bribes du dossier personnel de notre enfant .
Mis à part l'esthéticienne qui était jeune et à qui j'ai un peu "expliqué la vie" les attitudes sont bienveillantes et parfois mènent à la confidence sur des histoires de vie. 

Dans la famille "La Perle" revient tout de même à mon beau frère. Je vais chez le kiné pour du gainage donc et là il me dit "Ha oui , tu fais ta ré éducation du périnée". Eclats de rire de ma part et il ne comprend pas de suite. Je lui précise donc que je n'ai pas besoin de ça. Il ne pige toujours pas alors je décide de le réveiller par cette phrase choc (lol) : "Je n'ai pas accouché ! " . Et là : "Oh je suis désolé mais pour moi le petit chaton c'est mon neveu et j'ai même pas réfléchi au fait que tu n'avais pas été enceinte. C'est naturellement mon neveu et j'ai oublié qu'il était adopté". On peut le dire ce petit garçon qui a fait de nous des parents, il a une place entière et pleine auprès de nos proches. Mon beau frère se confondait en excuses et moi j'étais émue de cette évidence, de cette absence de différence pour lui sur la façon dont nous sommes devenus parents. Mon beau frère a gommé les liens du sang pour les liens du cœur si forts et puissants. J'en suis ravie.

7 commentaires:

  1. Merci pour ce retour d'expérience car je me pose aussi la question! Je crois que c'est un automatisme pour les gens de rechercher les ressemblances. C'est pénible je trouve mais inévitable.
    La réaction de l'esthéticienne et du médecin m'a fait sourire. En lisant je me suis dit ben non loupé ! C'est quand même pas sympa pour ta peau!
    Celle de ton beau-frère est émouvante !
    Bon, y'a du boulot hein pour casser les clichés sur l'adoption ! Un ami nous demandé récemment pourquoi nous n'irions pas l'international pour un deuxième....
    Bisous Monoï et merci beaucoup pour le partage !
    Mouchette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens pensent qu'en international il y a beaucoup d'enfants adoptables ce qui avec la convention de la Haye et la géopolitique est actuellement flou, faux ... Quand j'explique que c'est un enfant de notre département, je surprends tout le monde . On a la chance de s'être adopté tous les 3.

      Supprimer
    2. On nous demande souvent si on se lancerait dans une deuxième adoption

      Supprimer
  2. Le souci c'est qu'autant il y a de la bienveillance dans les questions de certains, et alors le plaisir de prendre le temps de leur raconter autant parfois on est juste fatiguée et pas disponible intellectuellement pour expliquer aux inconnus maladroits. Du coup meme s'il est évident qu'il faudra encore beaucoup d'éducation sur l'adoption il y a aussi des moments où volontairement je creuse encore le cliché.... par exemple en disant que je suis la maman de 3 enfants de 3 pères et de 3 mères différentes, en tournant les talons et en profitant de l'effet pour m'évader du guêpier! Je sens alors une grande réflexion cérébrale qui débute par "olala elle a couché avec beaucoup de monde" puis vient le 2e effet kiss cool "oui mais elle serait alors la mere des 3"
    Mon mari me taquine en me disant parfois que je dois avoir une sacrée réputation dans le village! Mais ca me va: toute leur histoire à chacun de mes enfants n'appartient à personne d'autre qu'à eux meme et tant que j'en serai la garante je ne tiens pas à trop d'indiscrétion à ce propos. Du coup l'humour meme noir peut permettre de répondre à ceux qui n'ont pas à savoir, se sortir de situation subie. Et de la bienveillance pour ceux qui nous semblent de bonne foi, avec qui le contact semble simple, qui cotoiront nos loulous dans leur enfance et bien sûr pour la famille. En tout cas prépare toi les perles seront encore nombreuses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 0n n'en connait très peu nous sur son début de vie donc ça c'est sûr je n'en parlerais pas, de ces détails qui font partie de notre/son intimité.
      Ha bé je revendique haut et fort que c'est notre bébé. Vu le physique du Man' il est fort possible que les personnes se posent des questions et nous on est fier de notre famille :-)

      Supprimer
  3. Cette réponse de son oncle est une très belle preuve d'amour pour vous tous, j'adore!
    J'espère que tout autour de vous la bienveillance sera toujours présente et je suis très heureuse pour vous de voir que tout se passe bien.

    Banane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. La bienveillance familiale et des amis est elle aussi une évidence. La grand mère de mon mari hier nous demandait des nouvelles du petit chaton au bout de 30 secondes de conversation téléphonique.

      Supprimer

Vos petits mots me font toujours plaisir :-)